FUE ou Technique sans cicatrice

 Dans le cadre d’alopécie congénitale, les différents traitements médicaux existants peuvent parfois ralentir ou arrêter la chute mais ne peuvent plus faire pousser de nouveaux cheveux....

Afin d’y remédier, la seule possibilité de traitement reste le prélèvement de cheveux situés dans une zone dense, non sensible à la chute, et de les greffer dans la zone intéressée.

Il s’agit donc d’une « nouvelle répartition » du « capital cheveu ».

Deux techniques existent

La bandelette reste la solution classique mais a l’inconvénient de toujours laisser une cicatrice plus ou moins importante avec quelques séquelles possibles (élargissement, anesthésie du sommet du crâne par section des nerfs…).
Afin d’éviter ces inconvénients, une deuxième alternative est possible : il s’agit du prélèvement d’unités folliculaires grâce à des punchs (on parle alors de technique FUE pour Follicule Unit Extraction).

Il n’y a plus d’incision mais autant de « petits points » que de punchs réalisés. La taille de ces cicatrices dépendra donc du diamètre des punchs.
Si le prélèvement manuel « cheveu par cheveu » s’avère long et compliqué (taux de transsection parfois important, diamètre des punchs laissant des cicatrices parfois disgracieuses), l’apport de l’automatisationa totalement révolutionné cette technique.

La technique SAFER ®

SAFER®, acronyme de Suction Assisted Follicle Extraction and Reimplantation, est la nouvelle méthode totalement automatisée qui permet à la fois le prélèvement et la réimplantation des greffons.

Ceci permet de réduire le temps opératoire et limite au maximum la manipulation du greffon par les pinces, et donc leur traumatisme.

Le Prélèvement

La zone de prélèvement se situe en général dans la couronne mais aussi possible au niveau des tempes, nuque, ou toutes autres parties du corps (dos, cuisses, bras, jambes…).

Le choix des punchs est primordial et différents diamètres sont à notre disposition : Le 1 mm représente la taille standard, mais des prélèvements au 0,9mm ou 0,8mm peuvent être possibles. Les punchs de 1,25 et 1,4mm doivent être réservés aux cas difficiles (cheveux frisés, follicules recourbés…).

Ce punch est connecté à un contre-angle et sa rotation permet une pénétration dermique douce et progressive sur quelques millimètres. Le follicule sera ensuite aspiré et prêt à être réimplanté. Si, du point de vue cicatriciel, il est préférable d’utiliser des punchs de faible diamètre, l’aspiration peut parfois s’avérer insuffisante et les greffons peuvent rester dans le derme.

Dans ce cas, il vaut mieux passer à un diamètre légèrement supérieur (0,9 ou 1mm). En effet, plus le diamètre du punch sera important meilleure sera l’aspiration mais plus « grande » sera la cicatrice. Tout est donc question de compromis… pour l’opérateur (facilité de prélèvement, taux de transsection faible) et pour le patient (aspect cicatriciel).

L’implantation

Une fois l’anesthésie locale de la zone receveuse réalisée, on réalise les slits en fonction du diamètre des greffons prélevés.

Si la mise en place des greffes peut se faire avec des pinces de microchirurgie, l’intérêt du système SAFER® est aussi de pouvoir réaliser l’implantation avec un implanteur : il ressemble à un stylo dans lequel seront aspirés les greffons. Il sera ensuite positionné à l’entrée du slit et grâce à une pédale, un piston « poussera » le greffon directement dans la fente.

Cette technique présente l’avantage d’éviter tout traumatisme direct des follicules par les pinces.

Suites opératoires

Le patient ressort avec un pansement sur la zone occipitale qui sera retiré dès le lendemain (afin d’éviter les frottements pendant la nuit) pour le premier shampooing de la zone donneuse.

Il faut penser à bien hydrater régulièrement la zone greffée pendant les premiers jours afin de favoriser leur cicatrisation et diminuer l’apparition des croutes.

On attendra cinq jours pour un shampoing de tout le cuir chevelu et éviter les frottements les premières semaines. Il n’y a que très peu de gêne sociale et la reprise de la plupart des activités peut se faire dans les jours qui suivent.
Les efforts intenses sont à proscrire pendant quelques semaines.

Avantages de la technique SAFER ®

  • Plus rapide qu’avec la FUE manuelle

  • Miniaturisation du prélèvement : diamètre des punchs entre 0,8 et 1mm

  • Cicatrisation très rapide

  • Possibilité de « Body to head transplant » : prélèvement de poils (dos, cuisses….) en cas de zone donneuse occipitale classique « pauvre ».

  • Qualité optimale des greffons

  • Manipulations limitées grâce à l’automatisation du prélèvement et de la réimplantation.

  • Suites opératoires très simples (peu de douleur, peu d’oedème…)

  • Pas d’agrafes, ni point de suture

  • Idéale pour les petites et moyennes séances (golfes ou vertex isolés, sourcils, cicatrice…).

  • Nécessite peu de personnel (un opérateur et une aide sont en général suffisants).

Inconvénients

  • Prélèvement très technique, nécessitant une bonne pratique avant de pouvoir réaliser des séances importantes.

  • Nombre de cheveux prélevés en une séance en général plus faible qu’avec une bandelette (une séance moyenne de FUE permet le prélèvement d’environ 600 à 800 greffons, soit 1 500 à 2 500 cheveux), mais quelques « méga » séances peuvent aussi être réalisées et permettent alors d’obtenir jusqu’à 4000 greffons (soit 5 à 7 500 cheveux) mais au prix d’une journée à une journée et demi de travail. La bandelette classique permet en revanche dans le même temps de prélever en moyenne 2 à 4 000 cheveux et en cas de long prélèvement de 6 à 8000 cheveux (selon la densité et laxité cutané du patient), en quelques heures.

  • Aspect « mithé » possible si le praticien ne laisse pas assez de cheveux entre les prélèvements, ou en cas de punchs de diamètre important (1,4mm). 

  • Cette nouvelle approche SAFER® apporte un avantage indiscutable pour le prélèvement des unités folliculaires. Pour les petites et moyennes séances (jusqu’à 2 500 cheveux), elle représente l’intervention de choix (golfes ou vertex isolés, sourcils, cicatrice de barbe…). Pour les séances plus importantes, l’indication se fera au cas par cas, afin de bien cerner la demande du patient et la densité désirée. 

  • C’est ainsi que sera discuté l’éventualité d’une « grosse » séance par bandelette ou plusieurs « SAFER-Séances ». 
Accueil | LE DOCTEUR MENU | La Presse en Parle | Accès | Contact